AMG

Albert-Marie Gordiani

Fonds Creator
Fonds Inventory
Reference Archivists

Catherine, Previti

Abstract

La Fédération est fondée en 10/1944 à Paris. Ses promoteurs, de provenance politique variée -communisme mis à part- reflètent essentiellement deux courants de pensée: celui dit 'de gauche' inspiré par un syndicalisme d'origine proudhonienne et celui dit 'de droite' héritier du catholicisme social de Le Play et La Tour du Pin. Leur conception de la société est fondée sur les groupes sociaux ou communautés essentielles, librement organisées en fédération et représentées devant l'Etat. A cette fin, ils estiment nécessaire une réforme profonde des structures du pays. Au-delà, ils ambitionnent un ordre international également fédéral au sein duquel les "patries devront articuler leurs diversités complémentaires sous l'arbitrage d'une Autorité politique commune". Tout en conservant son statut propre, La Fédération adhère à l'Union européenne des fédéralistes (UEF) qui se forme en 1946. Sous l'autorité de ses dirigeants et notamment d'A. Voisin, La Fédération met sur pied une série d'organisations associées mais autonomes -fédérées-: le Mouvement fédéraliste français (MFF) - le Conseil des Communes d'Europe (CCE) fondé en 01/1951 par un membre de La Fédération, J. Bareth, pour obtenir et défendre l'autonomie communale tout en développant l'esprit européen à l'échelon local - le Mouvement national des élus locaux (MNEL) dont la première conférence a lieu en 09/1953 et qui lutte pour la décentralisation et la déconcentration - la Conférence nationale des comités régionaux d'études pour la mise en valeur de la France, etc.
Rhône-Alpes devient l'un des centres régionaux les plus actifs de La Fédération. En 1946, J. Barascud implante un groupe à Lyon et A.-M. Gordiani l'aide à constituer en 12/1948 l'Union lyonnaise des fédéralistes (ULF). J. Barascud s'efface bientôt pour raison de santé tandis qu'A.-M. Gordiani prend la tête du comité directeur de l'ULF. Il réussit en 02/1953 à provoquer la fusion de ses diverses composantes. Elargissant les activités de La Fédération/RhôneAlpes, A.-M. Gordiani assume la charge de secrétaire du comité lyonnais de défense des libertés locales et régionales à partir de 1949 puis du MNEL. Il devient le délégué général de la branche régionale du CCE puis le secrétaire du comité interrégional Rhône-Alpes/ Piémont/ Hesse-Bade-Wutemberg en 1966. Il assure également la gestion du Centre régional des échanges internationaux (CREI) créé en 1955 pour dispenser aux jeunes travailleurs une connaissance directe des conditions de travail de leurs voisins et leur inculquer un esprit européen. En 09/1954 il est enfin désigné et appointé pour gérer un secrétariat permanent commun à ces divers organismes. Reprochant son manque de dynamisme au centre parisien, La Fédération/Rhône-Alpes commence à établir des contacts avec les militants locaux du Mouvement fédéraliste européen (MFE) supranational créé en 1959 et dont la Fédération s'est séparée en 1957 pour rejoindre la nouvelle Action européenne fédéraliste (AEF). Le processus aboutit à la création d'une nouvelle Union européenne des fédéralistes (UEF) à l'échelon régional en 04/1969 et anticipe la réunification fédéraliste internationale accomplie en 04/1973. Seule La Fédération d'A. Voisin refuse de s'y joindre.

Languages

French, German, Italian

Fonds Publications
Publications held by the EUI Library and transfered as part of the fonds