Rossi, Ernesto

25 August 1897 (Caserta [Italy]) - 09 February 1967 (Roma [Italy])
Name according to other Rules
Empirico
Historical Notes

Ernesto Rossi a passé la plupart de ses jeunes années dans la cité des Médicis, peut légitimement se considérer comme Florentin. Bachelier en 1915, il s'enrôle comme volontaire durant le conflit mondial. En 1920, son temps de service terminé, il s'inscrit comme étudiant en Droit à l'Université de Sienne. Dès cette époque, il marque sa préférence pour les études de caractère économique et historique. Il se considère déjà comme le disciple de Gaetano Salvemini et de Vilfredo Pareto. De G. Salvemini, il deviendra l'ami intime après la guerre. Aux côtés de Salvemini, Carlo Rosselli, Nello Rosselli et Nello Traquandi, Ernesto fonde le "Cercle de Culture" qui, en l'espace de trois ans, devient le foyer de l'opposition au fascisme avant d'être dévasté, en 1924, par les squadristes du Régime. Au lendemain de l'assassinat de Giacomo Matteotti, Ernesto Rossi figure parmi les dirigeants d' "Italia libera", organisation secrète composée d'anciens combattants anti fascistes et il adhère à l'Alliance nationale de Giovanni Amendola. Objet d'arrestations et relâché à plusieurs reprises, Ernesto est contraint d'émigrer en France en juin 1925 pour échapper au mandat d'arrêt lancé contre lui. Rentré en Italie dès le mois de septembre, il parvient à faire perdre ses traces à la police secrète etse voit attribuer une chaire d'économie à l'Institut technique de Bergame. Il peut ainsi reprendre le travail de propagande anti fasciste en Italie, en accord avec Tarchiani et Salvemini restés à Paris. En 1929, en compagnie de Carlo Rosselli et d'Emilio Lussu, qui étaient parvenus à s'enfuir de leur "confino" des îles Lipari pour gagner la France, et avec Salvemini, Tarchiani, Alberto Cianca et Riccardo Bauer, Ernesto Rossi fonde le mouvement républicain anti fasciste "Giustizia e Libertà". Il est membre du comité directeur jusqu'à son arrestation en octobre 1930. Conduit à la prison de Regina Coeli à Rome, il est condamné à vingt ans de réclusion. Il en accomplira neuf, dont sept à Rome sous régime de surveillance spéciale suite à une nouvelle tentative d'évasion de la prison de Plaisance. Sorti de Regina Coeli par l'effet de diverses amnisties en novembre 1939, Ernesto est placé en résidence surveillée (confino) sur l'île de Ventotene. C'est là qu'il rédige, en 1941, avec la collaboration d'Altiero Spinelli et d'Eugenio Colorni, le Manifeste de Ventotene et jette les fondements du Mouvement fédéraliste européen.
Les évènements du 25 juillet 1943 entraînent la libération d'Ernesto de Regina Coeli où il avait été à nouveau emprisonné (avec Bauer et Vincenzo Calace) pour y subir un autre procès. Quelques jours après l'armistice, en septembre 1943, Ernesto s'exile en Suisse où il entretient les contacts entre la Résistance italienne et les mouvements partisans des autres pays occupés. Rentré en Italie à la veille de l'insurrection de Milan, il y prend part comme membre de l'éxécutif du Parti d'Action de Haute Italie. De juin à décembre 1945, Rossi est sous-secrétaire au ministère de la Reconstruction au sein du gouvernement de Ferruccio Parri. Il participe ensuite aux travaux de la Consulta. De 1946 à 1958, il est président de l'ARAR (Azienda Rilievo Alienazione Residuati). Cette époque est également celle d'une activité journalistique particulièrement féconde. En qualité d'exécuteur testamentaire de G. Salvemini, Rossi a également coordonné les activités du comité chargé de la publication des oeuvres complètes du maître. Rossi décède des suites d'une intervention chirurgicale à Rome le 9 février 1967.

Fonds Created
Fonds Related
Related Record Creators