CM3/NEGO.A

Conférence de Messine

Documents from [1955] to [1957]
Fonds Creator
Access Conditions

Ouvert depuis 1994 (décision COREPER).

Abstract

Le sous-fonds se compose de deux séries. La première (un seul dossier) relate succinctement le déroulement des négociations, la seconde fait le point des discussions sur certains points particuliers de l'ordre du jour de la Conférence.

Extent and Medium

8 dossiers

Languages

Dutch, French, German, Italian

Administrative and Biographical History

La Conférence de Messine (1er - 3 juin 1955) relance la construction européenne après l'échec de la Communauté européenne de Défense. Deux problèmes se trouvent à l'ordre du jour de la réunion des six ministres des Affaires étrangères : l'élection du successeur de Jean Monnet à la présidence de la Haute Autorité et la question de la relance de l'intégration européenne. Surmontant par des compromis la réelle opposition des projets de départ, les ministres vont élaborer au cours de la conférence une synthèse qui constituera la future plate-forme des négociations de Rome. Deux propositions de relance sont présentées aux ministres présents à Messine : - le projet Monnet de Communauté européenne de l'énergie nucléaire,- le projet Beyen de Marché commun, qui a également l'audience des Allemands. Suite à des concertations, les deux projets sont soumis aux ministres en une synthèse qui prend la forme d'un mémorandum rédigé par les trois ministres du Bénélux (Paul-Henri Spaak, Johan Beyen et Joseph Bech). Dans la "résolution de Messine", la Conférence décide de "franchir une étape dans la voie de la construction européenne" par la création progressive d'un marché commun, l'organisation commune des ressources énergétiques et notamment de l'exploitation pacifique de l'énergie atomique ainsi que la création d'une organisation commune des transports. Elle fixe la procédure à suivre : les Six décident de confier les études préparatoires à un comité d'experts et de délégués des ministres. Ce comité, présidé par une personnalité politique devra remettre un rapport d'ensemble aux ministres au plus tard le 19 octobre 1955. C'est l'origine du "rapport Spaak".