ME.55

Campagne Européenne de la Jeunesse

Documents from [1948] to [1962]
Fonds Creator
Related Fonds
Abstract

La Campagne européenne de la jeunesse (CEJ) est née d'une initiative prise à la fin de 1950 par le ME. Conçue initialement comme une alternative aux festivals de la jeunesse organisés par les communistes, elle bénéficiait du soutien financier de l'American Committee on United Europe (ACUE). La CEJ apparut au cours de sa première année d'activité comme une campagne d'éducation et d'information dont l'objectif consistait à intéresser la jeunesse à la construction de l'Europe. Le ME s'appuyait alors essentiellement sur les mouvements de jeunesse nationaux et internationaux des Quinze pays membres du Conseil de l'Europe qui fournissaient le personnel pour la CEJ et organisaient les manifestations européennes pour leurs membres. La CEJ était placée sous l'autorité d'un Comité de Direction composé de délégués en nombre égal des mouvements de jeunesse et du ME, le Président de ce Comité était P.-H. Spaak. Un Secrétariat fut organisé qui comportait un Secrétariat central à Paris et dix-sept secrétariats nationaux dans les diverses capitales européennes.;Au cours de l'année 1952-1953, suite à la fois aux remarques de l'ACUE, qui désirait concentrer les moyens financiers sur l'action à entreprendre au sein des Six, et aux critiques du ME soucieux d'amplifier l'action militante en faveur de la Communauté européenne de Défense et de la Communauté politique européenne, la coopération du ME avec les organisations de jeunesse fut désormais fondée sur des programmes précis comportant un "seuil politique" qui conditionnait l'attributions des fonds. En 10/1952 le ME reprit la contrôle entier de la CEJ et transforma le Secrétariat général de la CEJ en Secrétariat International pour la Jeunesse du ME. En octobre 1953 P. Deshormes succèda à J. Moreau comme Secrétaire général pour la Jeunesse. Le ME désigna P. Farine et A. Philip pour exercer le contrôle politique des activités de la jeunesse. A partir de 1954, la CEJ seconda les efforts de relance communautaire. En 1957 et 1958, la CEJ concentra son action sur le succès et la mise en application des traités de Rome. Son travail s'inflechit alors dans le sens d'une information de caractère essentiellement économique et destinée à des milieux spécialisés (agriculteurs, enseignants). La création de la CEE et de l'EURATOM ayant conduisit l'ACUE à réduire sa contribution puis à l'interrompre brutalement en 1958, les responsables de la CEJ se virent contraints de procéder à sa liquidation en 1959.
Les dossiers de ce sous-fonds, assez riche, portent sur les divers aspects de la CEJ: administration et finances, relations avec le ME et d'autres organes, collaboration avec les Mouvements de jeunesse ainsi qu'activités et publications.